Travailler en freelance : avantages et statut juridique

Le nombre de travailleurs indépendants ne cesse d’augmenter il y a quelques années. L’EFIP (European Forum of Independent Professionals) estime qu’ils sont de 830 000 en France, soit 11,5% de plus que l’année dernière. L’Insee qui donne une définition plus large au terme « freelance » estime qu’ils sont de 2,3 millions.

Les avantages de l’activité freelance

  • Gérer son temps avec flexibilité

Garder l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle n’est pas facile quand on est salarié. Contrairement au travailleur indépendant qui peut gérer son temps avec plus de flexibilité.

  • Devenir son propre patron

C’est une des raisons principales de créer une activité freelance. Vous ne recevez pas d’ordres, vous prenez vous-même vos décisions et vous en assumez seul les conséquences. Ce n’est certainement pas facile, mais ça vaut le coup.

  • Apprendre plus et gagner plus

Un travailleur indépendant ne peut pas se limiter à son domaine d’expertise, il a besoin de plusieurs compétences pour gérer son activité sur le plan créatif, économique et juridique.
La freelance est également une chance d’améliorer ses revenus à condition de faire preuve de vigilance et d’organisation.

  • Une expérience professionnelle de valeur

L’expérience freelance est un grand plus pour le CV qu’il s’agisse d’un profil expérimenté ou junior. Le futur recruteur reconnait les qualités et habilités du candidat qui a su créer et gérer sa propre microentreprise.

Choisir le bon statut juridique

Un travailleur indépendant doit se poser différentes questions avant de franchir le pas, et avant tout, il doit choisir un statut juridique. Pour une activité freelance, il est possible de choisir l’entreprise individuelle, l’EIRL, l’EURL, la SASU ou bien le portage salarial.

  • L’entreprise individuelle EI

L’entreprise individuelle EI est la forme la plus simple à créer et la moins coûteuse. Vous pouvez choisir sous conditions le régime micro-entreprise, ce qui permet de faciliter encore plus la gestion.

C’est une bonne solution pour les nouveaux travailleurs qui viennent de démarrer. Sachez cependant que votre patrimoine personnel ne sera pas à l’abri en cas de problèmes.

  • L’entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée EIRL

L’EIRL est similaire à l’entreprise individuelle, simple et peu coûteuse à la création. Néanmoins, vous pouvez protéger votre patrimoine personnel grâce à une déclaration d’affectation qui distingue le patrimoine privé de celui utilisé dans votre activité.

Vous aurez le choix entre le régime micro-entreprise et le régime auto-entrepreneur.

  • L’entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée EURL

Contrairement à l’entreprise individuelle, la création d’une entreprise unipersonnelle est compliqué et assez coûteuse. La gestion est également plus complexe, mais les conditions de protection (couverture sociale, responsabilité, etc.) sont plus souples et avantageuses. De ce fait, le statut EURL est adapté aux travailleurs indépendants dont l’activité est prospère ou qui veulent s’associer. C’est le cas aussi pour le statut SASU.

  • Le portage salarial

C’est le statut idéal pour les nouveaux freelances qui hésitent encore ou qui ne sont pas certains de l’avenir de leurs projets. En tant que salarié porté, le travailleur indépendant rejoint une société de portage qui le lie au client et le paye pour ses prestations en déduisant une certaine commission. Vous êtes à la fois salarié et indépendant.

Gérer une activité en freelance n’est certainement pas facile, nécessitant plusieurs qualités, dont l’autonomie, la persévérance, la responsabilité et un grand sens de l’organisation. Mais il présente aussi de nombreux avantages qui mènent de plus en plus de profils à se lancer dans l’aventure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *