Trottinette électrique : quelle réglementation pour 2019 ?

La nouvelle année amène avec elle son lot de nouveautés et de nombreux secteurs sont concernés par des changements. En 2019, la trottinette électrique ne fait pas exception à la règle et les adeptes devront se le plier à la nouvelle législation en vigueur. Pour vous aider à vous y retrouver, voici quelques informations incontournables à connaître sur la réglementation à respecter et les nouveautés qui s’annoncent.

Trottinette électronique : les usages qu’il convenait de respecter

Malgré l’importance que ces nouveaux moyens de locomotion ont prise, il n’y avait toujours pas de législation spécifique quant à leur usage l’année précédente. Cependant, les utilisateurs devaient tout de même se plier aux règles incontournables du code de la route et la législation en vigueur pour les piétons. Il était notamment interdit de circuler à plus de 6km/h sur un trottoir et, peu importe le cas de figure, la priorité devait être laissée à ceux qui se déplaçaient à pieds. Dans le cas où vous vouliez circuler sur la voie publique, votre trottinette électrique adulte ne devait pas être en mesure de dépasser les 25km/h. De plus, si vous vouliez rouler sur une piste cyclable, vous en aviez le droit, même si cela n’est pas au goût de certains cyclistes. De façon générale, tous les utilisateurs de trottinette électrique qui présentaient un comportement dangereux, et qui ne se pliaient pas aux règles incontournables du code de la route, pouvaient s’exposer à des sanctions de la part des autorités compétentes.

Quels sont les changements annoncés pour 2019 ?

Alors que, en 2018, la législation restait assez floue sur l’utilisation des trottinettes électriques, le nombre colossal d’usagers qui sillonnent les rues de France ont entraîné la création d’une nouvelle loi. Le gouvernement a notamment fait savoir, à la fin de l’année précédente, que les trottinettes électriques, au même titre que les hoverboard ou bien tous autres engins de déplacement électriques, étaient interdits sur les voiries publiques, c’est-à-dire les trottoirs et les voies de circulation. Sur les trottoirs, seuls les rollers, les skateboards, les trottinettes et, bien évidemment, les piétons, ont le droit de circuler. Cependant, même si cette annonce a été faite sur le site du Service Public, aucune loi n’a pour l’instant été publiée à ce sujet. De ce fait, il ne semble pas obligatoire de se plier à cette note mise en ligne.

Même si l’on ne trouve, pour l’heure, aucune loi officielle, sachez qu’une annonce a été faite par la ministre des Transport. Elisabeth Borne a pris la parole à l’Assemblée nationale pour indiquer que les utilisateurs de NVEI, soit les Nouveaux Véhicules Électriques Individuels, seraient bientôt beaucoup plus encadrés par la loi française. Concrètement, cela se traduit par une intégration de ce nouveau type de véhicule dans le code de la route. La ministre a alors annoncé la création d’une nouvelle loi portant le nom de « loi d’orientation des mobilités ».

D’après les informations qui ont été données, le gouvernement estime que les véhicules en mesure de circuler à plus de 20 km/h constituent un véritable danger pour les piétons. De ce fait, il convient de mettre au point une toute nouvelle catégorie de véhicule dans le code la route afin de les encadrer plus légalement et de définir précisément les endroits où ils sont en mesure de rouler et ceux où ils seront interdits de circulation.

Concrètement, cette nouvelle législation vise à autoriser la circulation des trottinettes électriques, et celle d’autres engins du même genre, sur les pistes et les voies cyclables. L’objectif reste de privilégier la sécurité des piétons qui peut être mise à mal lorsque des véhicules de ce genre se lancent sur les trottoirs des villes. À noter que les trottinettes électriques pourraient également être autorisées à la circulation dans les zones limitées à 30km/h.

Les changements ne s’arrêtent pas là. En effet, les maires de chaque commune auront désormais l’opportunité d’interdire la circulation des véhicules électriques dans leurs villes. Concrètement, tous les utilisateurs devront s’informer sur la décision des maires afin de connaître précisément les endroits où ils sont en mesure d’utiliser leur véhicule. Cela permettra également de laisser la possibilité aux maires de définir quels sont les endroits où les NVEI sont autorisés. Même si l’on retrouve de plus en plus de pistes cyclables, certaines communes n’en possèdent pas. Les maires qui voudraient autoriser la circulation des trottinettes électriques devront donc définir les rues et les voies sur lesquelles la circulation sera autorisée.

Même si cela n’a pas encore été évoqué de façon officielle, certains soulèvent également l’importance de rendre le port du casque obligatoire. Au même titre que pour les vélos, l’utilisation d’une trottinette électrique peut provoquer des accidents qui peuvent s’avérer être plus ou moins graves. Toutefois, le gouvernement ne s’est pas encore positionné sur le sujet et le port du casque ne devrait pas être rendu obligatoire au courant de l’année 2019.

Plus d'articles
Le voyage aux USA et l’ESTA

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer